Entre mes mains le bonheur se faufile – Agnès Martin-Lugand

Moui, je suis accro, j’assume ! Après Désolée, je suis attendue, voici un second livre de cette auteure dévoré ! Il est peu épais, 280 pages, mais fut sifflé en 2 jours, autant dire que ça n’arrive jamais !!!

L’histoire : Cette fois-ci, nous rencontrons Iris, une jeune femme qui travaille dans une banque, en trainant les pieds, et fait de la couture à ses heures perdues. Elle est mariée à Pierre, un médecin qui passe son temps à l’hôpital et ne la regarde que rarement. Sa vie bascule lors un repas de famille : elle y apprend que ses parents ont déchiré, sans la lui donner, une lettre d’acceptation dans une grande école de couture où elle avait postulé plus jeune. Elle comprend qu’elle est passée à côté de la vie dont elle rêvait et décide de se rattraper. Pierre ne l’empêche pas de tenter sa chance dans un atelier d’apprentissage parisien, mais ne l’encourage pas non plus, ne la soutient en rien et aurait même une fâcheuse tendance à la dénigrer. Modeste mais décidée, elle tente quand même, et si son entourage fait peu de cas de ses talents de couturière, le Tout-Paris s’affole quasi instantanément devant ses créations. Une nouvelle vie commence alors pour elle, sa vie !

Le tout début :

Comme tous les dimanches midi, je ne voulais pas y aller. Comme tous les dimanches midi, je traînais les pieds, je faisais tout pour gratter un peu de temps. Sauf que…

– Iris ! appela Pierre. Qu’est-ce que tu fais ?

-C’est bon j’arrive.

-Dépêche-toi un peu, on va être en retard.

Pourquoi mon mari était-il si pressé d’aller déjeuner chez mes parents ? Alors que moi, j’aurais donné n’importe quoi pour y échapper. Seul avantage, cela me permettrait d’étrenner ma dernière robe. J’avais réussi à mettre la touche finale la veille au soir, et j’étais satisfaite du résultat. J’essayais tant bien que mal de ne pas perdre la main et d’entretenir mon doigté de couturière. Et puis, dans ces moments-là, j’oubliais tout : mon travail à la banque d’un ennui mortel, la routine de ma vie, le délitement de mon couple. Je n’avais plus l’impression de m’éteindre. Au contraire, j’étais vivante ; lorsque je faisais équipe avec ma machine à coudre ou que je dessinais des modèles, je palpitais.

Mon avis ? La trame générale est assez simple, mais les histoires n’ont pas besoin d’être très alambiquées pour être efficaces ! Comme pour Désolée, je suis attendue, je me suis retrouvée à dévorer le truc dès la 1ère ligne, happée par le style fluide et rythmé. Évidemment, on déteste assez vite Pierre, on adore les moments passés dans l’atelier de couture (que j’imaginais comme celui de Cousu main en fait !!), on s’interroge sur Marthe, la mentor d’Iris, et on a peu d’illusions sur les intentions de Gabriel… Mais tout ça mit ensemble fait qu’on vit complètement avec eux !!!

Petite réflexion toutefois, Comparse, ne pensant pas que ce style de livre allait me plaire (elle vit sur Mars ou quoi ?????), m’a conseillé d’au moins lire celui qu’elle préférait, Désolée, je suis attendue, ce que j’ai donc fait. Mais, Iris y fait une apparition, et pour la présenter au lecteur, en une petite phrase, Entre mes mains le bonheur se faufile est résumé, je n’avais plus donc aucun suspense. Il y a donc un sens à la lecture, ne faites pas l’erreur, prenez-les dans l’ordre de parution. Les histoires sont bien indépendantes, mais quelques crossover sont faits tout de même.

Et même malgré ça, j’ai juste adoré ce roman !!! On s’évade, on vibre, j’ai encore écrasé ma p’tite larmichette (mais moins qu’à l’autre heureusement !!!), et ça rappelle aussi le devoir de laisser l’autre toujours libre, libre de ses mouvements, libre de penser, d’être lui-même, sinon tôt ou tard, entre nos mains, le bonheur se faufile !

Pour résumer :

  • Iris, femme de médecin et couturière dans l’âme, apprend que son destin lui a un temps échappé, et décide de se rattraper en faisant de sa passion son métier.
  • Style toujours hyper agréable, ça se lit clairement tout seul ! Et en mode addict en plus !! J’en étais même à l’emporter au boulot pour me dire que si j’avais 5 min le midi …..
  • Comparse m’a prêté une autre dose hier soir : Les gens heureux lisent et boivent du café, je vais donc m’y atteler de ce pas ! Il m’en restera un autre à lire, et son 6ème sort dans deux semaines !!!!! ouiiiiiiiiiiiiiii!!!
  • Franchement les filles, on a l’impression d’être en été sur la plage en lisant ça, foncez ça fait un bien fou !!!!
Publicités

2 réflexions au sujet de « Entre mes mains le bonheur se faufile – Agnès Martin-Lugand »

  1. Ping : Les gens heureux lisent et boivent du café – Agnès Martin-Lugand | PLEIADE, TIRADES ET MARMELADE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s