C’est beau la vie quand on y pense ! c’est vrai quoi !

Avant-première avec Gégé qui vient nous voir à la fin ! Bon, j’avais légèrement omis de prévenir Moitié de cette probable prolongation …. oups ! Mais Comparse et sa Moumie étaient là, donc ça a permis de bien papoter pendant les 45 minutes d’attente !

L’histoire : Loïc Le Tallec (bon, ben pour ceux qui doutaient encore avec l’affiche, ça se passe en Bretagne !) (Gérard Jugnot) se gare en catastrophe, écrasant un joli pissenlit qui poussait gentiment sur le trottoir. Il se gare devant un cimetière… Il descend en courant, et arrive quand toute une foule s’en va… Il croise une femme (Marie Bunel je crois) qui lui dit « tu as tout raté chez ton fils, même son enterrement » (bon suis ptêtre pas hyper littérale mais c’était grosso-modo le sens)… Ambiance …

Loïc rentre donc chez lui tout triste, passe s’épancher chez Lisa la fleurichte (Isabelle Mergault) et accessoirement sa compagne. On apprend alors que le cœur de son fils a été greffé sur quelqu’un d’autre … Puis il s’installe avec sa bière chez lui, et on le retrouve dans la même position un an plus tard.

A ce moment là, Lisa et Marc (Bernard Le Coq), son pote chirurgien, viennent le secouer. Loïc demande à Marc de lui dégoter le nom du receveur du cœur de son fils… Marc refuse, puis accepte (évidemment !), faisant promettre à Loïc de ne pas entrer en contact avec le dénommé Hugo et surtout de ne rien lui dire (« mais jamaaaaais »). Loïc promet, saute dans son 4×4 et direction Toulon où il retrouve direct ce dénommé Hugo Desloyer (François Deblock), qui, pour le coup, débloque (sans jeu de mot bien sur !) complètement ! Un jeune qui a toujours été malade et qui se trouve désormais guéri = fiesta fiesta fiesta excès excès excès …

Loïc entre subtilement en contact avec lui : « Tu as le cœur de mon fils » (bonjour la promesse !), et installe un dialogue avec ce jeune écorché vif. Hugo vit avec sa grand-mère, et rêve de partir en Australie. Le dialogue finit mal puisque Loïc repart en Bretagne et Hugo garde son chéquier …

Quelques temps plus tard, chez les binious … toc toc, v’la Hugo ! Il se pointe en triste état, avoue que sa grand-mère est morte et qu’il ne sait pas où aller. Loïc l’accueille chez lui, tous les 2 vont panser leurs plaies ensemble.

Pour Loïc, ancien pilote de rallye, il faut un métier à Hugo, il tente de l’initier aux joies de la mécanique, mais ça ne prend pas (j’avais les roulements d’yeux de Moitié sur la mécanique version Jugnot d’ailleurs !).

Loïc tente de laisser Hugo prendre des initiatives, comme préparer le repas. Et le petiot lui fait un festin. Il est doué … mais a un baobab dans la main !

De son côté, Hugo questionne son hôte sur son fils, le pousse à en parler, à revenir dans ses souvenirs. Et bien que douloureux, mine de rien, Loïc progresse dans son deuil.

Jusqu’à ce qu’ils découvrent une petite crêperie (Bretagne on vous a dit !) et une jolie crêpière au nom imprononçable : Hoëllig (Gaia Weiss)…

Mon avis : Je ne connaissais rien de rien de l’histoire avant de rentrer dans la salle, du coup, surprise totale sur le thème (même si on sait que Gégé ne va pas nous faire du Star Wars hein !). Mais dès qu’on apprend que le cœur du fils de Loïc a été donné, on devine tout le contenu du film. Pas de grandes surprises, mais un film plein de bons sentiments, mimi tout plein, qui fait passer un bon moment !

Et perso, même si je n’ai pas de passeport pour franchir le Couesnon, je tenterais bien le restau où on dégomme les crabes au marteau (Le crabe Marteau à Brest) !!!

Côté acteurs, Jugnot est fidèle à lui-même ! On se redisait avec Comparse « bon sang, dire qu’il découpait un mec dans le Père Noël est une ordure » ! On s’est toutes les 2 dit que le petit jeune, François Deblock, avait une diction de théâtre, et c’est de là qu’il vient ! Ça fait du bien de revoir Ijabelle Mergault et Bernard Le Coq (la scène finale fait vraiment Une famille formidable !). Et par contre, le gros méchant dans l’histoire, Sanchez (Jérémy Lopez) lui, vient de la Comédie Française, mais comme on a envie de le fracasser pendant tout le film, on va pas trop retenir sa prestation !

Pour résumer :

  • Un père absent enterre son fils, apprend que son cœur a été greffé, rentre en contact avec le receveur et lui redonne vie à son tour.
  • Des bons gags, des dialogues agréables et souvent percutants (notamment ceux d’Hugo), un très bon moment.
  • Vu le thème de base, ça aurait pu être plombant, mais c’est vraiment traité avec bienveillance, humour, légèreté.
  • Visible par tous, il ne sort que le 12 avril, donc il faudra patienter un peu, mais n’hésitez vraiment pas à aller dans les salles obscures !

Publicités

3 réflexions au sujet de « C’est beau la vie quand on y pense ! c’est vrai quoi ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s