Chroniques de mon crématorium – Caitlin Doughty

2037122027

Sujet brûlant ah ah ! Bon … rien de surprenant que ce livre ait figuré sur ma liste de Noël et que ce soit le 1er que j’ai choisi dans cette nouvelle PAL qui s’offrait à moi ! Comme un article récent le montrait déjà, j’ai une légère obsession de la mort … positive et négative d’ailleurs. Je partais donc la fleur au fusil pour une traduction dans le papier de Bouquet Final (le film trop drôle de Didier Bourdon) !

L’histoire : Elle se décompose en 19 chapitres, la plupart construits sur le mode « une situation vécue = une analyse ». L’auteur est l’héroïne. Elle raconte son emploi dans un crématorium américain. Et surtout l’évolution de la vision de la mort dans la société : du parfait embaumement rituel égyptien à la préparation des corps à la maison avant la guerre de Sécession, en passant par les changements imposés aux rituels funéraires par les guerres et leur afflux de cadavres, les transformations des cimetières comme celui hyper connu de Forest Lawn (le cimetière des stars, et de Michaeeeeel bouhouhou, enfin … de son cénotaphe ah ah ah !) qui ressemble plus à un parc, le traitement des corps tant des adultes, que des bébés et des obèses, les arnaques de l’industrie funéraire, les idées reçues véhiculées pour développer telle ou telle pratique et s’en mettre plein les poches… Par exemple, moi, naïvement, j’avais vu dans des films, les séries, ou plus récemment là :

2049767-celine-dion-aupres-de-la-depouille-de-s-950x0-2

qu’aux États-Unis, les corps étaient exposés dans le cercueil, parfois même pendant les cérémonies, alors que chez nous pas du tout. Naïvement je me disais : « ça tient bien quand même au final, tout le monde parle d’odeur putride etc. mais ça doit pas être très rapide !! » … Quant à Lincoln …

abraham_jpg_7444_north_626x_white

dont la dépouille est partie en tournée aux Etats-Unis pour être vue de tous, ça ne me posait pas de problème … Donc là, elle explique la pratique parfois nécessaire de …. l’embaumement (Révélatioooon !!!), mais surtout qu’on fait souvent penser aux familles que les corps se décomposent hyper vite histoire de leur vendre un embaumement plein de produits chimiques bien dégueu (ce qui, pour le mort en soi, n’est pas très grave au final !!!) ! Ce qui peut donner :

james_brown22_jpg_2394_north_626x_white

Elle parle de la volonté toujours plus présente de « rendre le mort le plus naturel, le plus normal possible », quitte parfois à faire des trucs complètement chelou … Et ça donne des trucs flippants, genre « je vais me réveiller attention !!! »…

monroe_jpg_7004_north_626x_white

Puis elle raconte sa progression mentale : travailler dans un crématorium réveille en elle le besoin de faire bouger les choses. Les gens sont prisonniers de ce qu’on leur montre, ce qu’on leur vend, tout le monde flippe de se balader la nuit dans un cimetière, alors qu’en fait, c’est super normal (moui moui moui) ! Du coup, elle lâche le crématorium et reprend des études plus poussées pour présenter d’autres possibilités, un retour aux sources, réapprendre aux familles à s’occuper des cadavres dans leur maison, à les laisser chez eux le plus possible pour éviter des trucs impersonnels, permettre de remettre la mort au centre de la vie afin de mieux vivre en la craignant moins, la ré-apprivoiser en quelque sorte, de redévelopper les enterrements écolos pour permettre à la nature justement de reprendre ses droits et au corps défunt de la nourrir, etc.

L’auteur : Caitlin Doughty (je l’imaginais pas du tout comme ça en lisant le bouquin !).

caitlin

Née en 1984 (la vache, elle est plus jeune que moi ???!!!), elle est fascinée par la mort au point d’en faire son métier. En pratiquant dans le crématorium de San Francisco, elle se rend compte du problème que cause le sujet « Mort » dans les conversations de la société et dans la manière de la vivre … Elle décide donc de partager son expérience et faire de la com’ pour la rendre moins mystérieuse, et permettre aux contemporains d’en parler plus librement. Pour ça, elle crée une web-série : « Ask a mortician » (qu’on peut traduire par « interrogez un croque-mort » !). Elle enchaine avec un site web pour contrer l’industrie funéraire : The order of the good death. Puis écrit ce livre pour témoigner de son expérience dans le métier : elle publie là une espèce d’autobiographie puisqu’elle a bossé au dit Westwind Cremation & Burial de San Francisco (qui en fait s’appelle Pacific Interment

Mon avis : Je savais que ça finirait par me jouer des tours de choisir mes livres par leur couverture !!! Là clairement, la couv’ avait annoncé un espèce de Diable s’habille en Prada du crématorium, un Bridget Jones du cercueil, un Bouquet final sur papier, un truc un peu fun, romancé, le témoignage de situations rocambolesques, quoi ! Mais que nenni !!! Sous prétexte de témoignages, c’est un essai sur la mort, et particulièrement sa place dans le monde contemporain ! Voici un petit résumé de la pensée de l’auteur qui me semble très clair :

Mon séjour à Westwind Cremation & Burial avait complètement modifié ma conception de la mort. Moins d’un an après avoir chaussé mes lunettes aux verres couleur cadavre, j’avais changé d’idée : avant, je trouvais étrange que, dans nos vies, on ne voie pas davantage de morts ; maintenant, j’étais persuadée que les principaux problèmes du monde moderne venaient de là.

Les morts permettent aux vivants de garder les pieds sur terre. Avant d’entrer à Westwind, je n’avais quasiment jamais vu de macchabée. Maintenant, j’en avait une foule sous la main, gentiment empilés dans la chambre froide du crématorium. Ils m’obligeaient à regarder en face ma propre mort, et la mort de ceux que j’aime. On peut parader avec nos progrès technologiques, mais il suffit d’un cadavre pour stopper le navire et nous rappeler qu’on n’est guère que des animaux qui bouffent et chient et sont condamnés à mourir. Qu’on n’est que de futures charognes.

Et au final, j’y vois un parallèle avec les pratiques des personnes atteintes de maladies graves. Les cancéreux par exemple, cherchent souvent des solutions naturelles, des médecines alternatives, des trucs en plus à faire, soit sur l’hygiène de vie ou sur les traitements divers et variés. Ça peut s’expliquer comme une volonté d’être acteur de sa maladie et ne pas se contenter de la subir, et ainsi se rassurer, se donner de la force, faire mieux passer le truc. Là, c’est un peu ça qu’elle conseille aussi : de préparer sa mort, d’y réfléchir, de se poser des questions, de trouver des idées qui peuvent nous correspondre, afin d’être acteur de sa mort et ainsi se rassurer…

Grâce aux témoignages, la lecture se fait très bien et ces passages permettent d’illustrer les explications historiques ou philosophiques. C’est donc assez bien rythmé. Par contre, je pense qu’il y a vraiment une manière très différente d’appréhender la mort aux États-Unis par rapport à ce qu’on vit en France. Donc ce n’est pas hyper facile de transposer chez nous certaines situations, mais les allusions historiques et les réflexions personnelles sont très intéressantes.

Pour résumer :

  • Bien loin du tagada-tsoin-tsoin que j’avais imaginé, ce livre est à la fois un témoignage d’une employée de crématorium américain, et un essai sur la place de la mort dans la société d’aujourd’hui et celle qu’elle devrait avoir pour que tout aille mieux.
  • Quelques passages un peu rigolos, mais un livre relativement sérieux au final.
  • Autobiographie, l’auteur propose une interaction par un site web et une web-série.
  • Ce livre permet une réflexion sur la place que l’on donne à la mort dans notre vie justement. Vous allez penser que c’est morbide justement, mais pas du tout. Y penser et la préparer ne veut pas forcément dire l’attirer ou la vouloir, mais simplement de s’enlever une appréhension supplémentaire en préparant les choses. Ça dédramatise le truc au final ! C’est ce qu’on a fait avec Comparse 2 et c’est vrai que ça fait du bien d’en rire !!!
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s