Le Caravage : une ombrageuse BD lumineuse !

501 LE CARAVAGE T01[BD].indd

Autre BD vue lors de mes achats de Noël, toujours dans mon p’tit magasin !! Et comme il y a une expo au musée des beaux-arts de Caen qui fait un zoom sur une toile du Caravage et que mon père voulait aller la voir, je me suis dit en passant devant cette BD que c’était un bon moyen pour lui de connaitre la vie (même un peu romancée, on aura les grandes lignes !) de cet incroyable peintre ! Je l’ai donc prise à la biblio pour la tester ! Et comme le papounet de Tchacheuse number one m’a demandé, lui, de faire une rubrique peinture dans mon blog, je vais essayer de passer par ce biais dans un 1er temps ! Donc ça va être plus long que d’habitude, et peut-être plus exhaustif, mais avec plein d’images (en cliquant dessus ça les agrandit toujours !) !!!

L’histoire ? Un homme menant une charrette approche d’un pont en pleine cambrousse.

SIR1027516012714440

Il cache dans cette charrette un homme : Michelangelo Merisi (il est beau comme ça non ?!).

caravage-case2

Et ce monsieur est le genre à s’attirer des ennuis ! Dès son arrivée à Rome, il entend un appel à l’aide, fonce sans réfléchir pour aider un vieil homme agressé dans une ruelle…

SIR1027516012714441

Le vieil homme, Lanzi, le remercie en l’invitant à l’auberge de Lupa où il lui fait rencontrer l’architecte Longhi et Mario Minniti, peintre-apprenti chez Antiveduto Grammatica. Michelangelo (ne pas confondre avec l’autre !) raconte qu’il peint et qu’il vient d’un village près de Milan, Caravage (aaaaaaaaaaaah ok !!!).

SIR1027516012714450

Et comme je vous disais qu’il est un peu sanguin le bonhomme, il reçoit un pichet sur la tête, monte voir d’où ça vient et se prend le bec avec un espèce de mafieux proxénète de l’époque : Ranuccio Tomassoni. A partir de ce moment, il le retrouvera sans cesse dans ses pattes !

SIR1027516012714451

Mario décide d’emmener son nouvel ami dormir chez son maître pour le lui présenter le lendemain. Et le moins que l’on puisse dire est que le maître ne va pas être déçu !

SIR1027516012714460

Au point qu’il décide de l’emmener carrément chez le meilleur peintre du moment : Giuseppe Cesari dit le cavalier d’Arpin… Et qui dit meilleur dit méga melon !! Ce qui fait que le cavalier, conscient que le talent du jeune apprenti pourrait lui faire de l’ombre, décide de la mettre à faire des guirlandes décoratives (au milieu de la page à droite c’est lui !)…

SIR1027516012714461

Le talent et la réputation de Michelangelo va attirer à lui les plus hautes personnes de la Rome du moment, notamment le Cardinal Del Monte qui lui commande plusieurs œuvres et va véritablement lancer sa carrière. C’est aussi à ce moment là qu’il recroise la route d’une jeune femme vue près du pont du début, Anna Bianchini, mais elle est prostituée pour le compte de Ranuccio … Il n’aura de cesse de tenter de l’extraire de ce milieu quitte à affronter ce dernier à de multiples reprises.

SIR1027516012714470

Et côté peinture, pour lui, les choses sérieuses commencent ! Il reçoit des commandes de sujets religieux pour lesquels il tente de faire poser sa protégée … Mais elle a du mal à remplir sa part du contrat et décrocher de la prostitution. Il diversifie alors ses modèles, mais en tapant toujours dans les prostituées de Ranuccio (moui, bon, ok, il le cherche un peu, je vous l’accorde !) : Fillide sera sa sainte Catherine d’Alexandrie et sa Judith, et Lena sera une autre Vierge à l’Enfant. Quant à Anna, les choses se gâtent pour elle, Ranuccio compte bien lui régler son compte…

SIR1027516012714500

Au point de la tuer … Ce qui révolte Michelangelo et l’inspire par la même occasion …

SIR1027516012714501

Et évidemment, on ne peut éviter le duel …

SIR1027516012714510

Petit zoom sur les œuvres ! La BD peut être un bon moyen d’aborder la peinture, moyen auquel je n’avais jamais songé !!

Quelques éléments pour se repérer et mieux regarder toutes ces toiles qui vont venir : déjà le timing ! Caravage est né en 1571 et mort en 1610. Calculez : il n’avait pas 40 ans ! Et ça lui a suffit à impacter le monde de la peinture à jamais !

Il choisit bien son moment pour naitre, puisque c’est une super époque pour les peintres : le concile de Trente vient de se terminer. C’est quoi le Concile de Trente ? Tout simplement, c’est la stratégie que l’église met en place pour contrer le protestantisme en pleine expansion, et cette stratégie, je vous le donne en mille : c’est éduquer ! Et comment on éduque les foules sans la télé, sans ciné, et sans twitter ? hum ? avec la peinture, la formule la plus efficace pour le commun des mortels, plus fort que les mots (j’oserai bien « le poids des mots le choc des photos » qui fonctionnerait parfaitement dans ce cas !) ! Donc en gros, il arrive à la période du plein emploi pour un peintre de talent !

Et autant certains, leur truc c’est l’étude des couleurs, d’autres l’étude de la ligne, lui, ce qui le passionne, c’est la lumière ! Si vous regardez attentivement ses tableaux, vous verrez que tout est jeu d’ombres et de lumière, comme si la lumière venait de l’intérieur du tableau et du coup mettait en valeur les reliefs des sujets en faisant des dégradés très naturels, c’est ce qu’on appelle le clair-obscur. On fait bien la différence en comparant avec les œuvres du Cavalier d’Arpin par exemple où là, pas de jeu d’ombres et de lumière, c’est comme si un spot géant était placé devant les sujets qui posent et faisait une lumière générale, sans subtilité. Le phénomène du clair-obscur s’accentue au fur et à mesure de l’avancée de la carrière du Caravage, faites-y bien attention car les œuvres sont présentées dans l’ordre chronologique (ou presque !) : au début il y a encore pas mal de lumière, mais plus on avance, plus on a de l’ombre et du contraste.

Bon, avec ces petites clés en main, si je reprends le fil du livre, on y voit un très grand nombre d’œuvres avec pour certaines, une interprétation potentielle du sujet ! Reprenons dans l’ordre avec les vraies œuvres faces à celles de la BD : bon, d’abord, je n’ai pas réussi à retrouver les 2 esquisses aperçues dans l’atelier de Grammatica ! Ça commence bien !

Mais après, facile, Caravage va peindre Mario pelant des fruits le soir de son arrivée (voyez cette histoire d’ombres, elle est flagrante, comme si c’était peint la nuit, c’est d’ailleurs l’explication donnée dans la BD !) :

     SIR1027516012714460 - Copie       boy peeling a fruit

On aperçoit ensuite un certain nombre de tableaux du Cavalier d’Arpin, entre autres Diane et Actéon (rien à voir avec le précédent, vous le voyez bien !) :

 SIR1027516012814030cavalier diane et acteon

De celles présentes sur cette illustration :

SIR1027516012714461 - Copie - CopieJe n’ai identifié que « Vénus et Cupidon » au 1er plan à gauche :

cavalier venus et cupidonMais au delà de montrer quelques œuvres du Cavalier d’Arpin, cette image est surtout un petit aperçu de ce qu’était le travail dans l’atelier d’un maître : on y voit plusieurs peintres œuvrer un peu partout sur plusieurs chevalets. Le maître, ne pouvant pas tout faire, arrivait souvent à la fin pour faire les parties importantes du tableau comme les carnations, les visages, etc. En regardant ça on imagine très bien l’activité foisonnante non ?!

Et un peu plus loin, on voit « Jupiter et Antiope » déplacé dans la rue (toujours du Cavalier) …

 SIR1027516012715200cavalier jupiter et antiope

Mais revenons à nos moutons ! Les œuvres qu’il peint la nuit dans la BD avec Mario pour modèle sont parmi ses premières connues et nous sont parvenues.

SIR1027516012714461 - Copie

Bacchus :

bacchus

Garçon mordu par un lézard :

boy bitten a lizard

La diseuse de bonne aventure :

diseuse de bonne aventure

Les tricheurs :

The_Cardsharps

Le garçon au panier de fruits :

boy with a basket of fruit

Ce qu’il peint lors de son séjour à l’hôpital, c’est Bacchus malade (logique !) :

   SIR1027516012715220    bacchus malade

Viennent ensuite les 1ers sujets religieux après sa rencontre avec le cardinal : la sainte Famille avec Anna en Vierge, et avec toute la séance de pose et l’évolution de la composition :

   SIR1027516012813530     3872_1024px-caravaggio-il-riposo-durante-la-fuga-in-egitto

Même chose pour le joueur de luth, Caravage propose 2 options au cardinal pour ses portraits du castra Pedro Montoya :

SIR1027516012715260  pedro montoya2    pedro montoya

Anna est aussi la Madeleine repentante, une des dernières fois qu’elle pose pour lui :

     SIR1027516012715270     Michelangelo_Caravaggio_063

Ensuite on a Fillide en sainte Catherine :

  SIR1027516012714490    15cather

On lui conseille ensuite d’assister à une exécution en place publique, il y va donc et petit clin d’œil mimi à une autre future peintre célèbre : Artémisia Gentileschi :

SIR1027516012813541

Chez Artémisia, ça donnera ça (violent quand même !!) :

260px-GENTILESCHI_Judith

E chez Caravage, ça va donner ça :

    SIR1027516012714491     17judit

Et cette vision n’aura pas comme conséquence un seul tableau, mais plusieurs, comme le martyre de saint Mathieu pour la chapelle Contarelli de l’église Saint-Louis-des-Français :

   SIR1027516012715280 Caravaggio_-_Martirio_di_San_Matteo

Il enchaine pour le même commanditaire la vocation de saint Mathieu, avec encore une explication de la composition :

 SIR1027516012714493  l'appel de saint matthieu

Autre tableau vu de près dans le même cycle : saint Mathieu et l’ange (œuvre détruite pendant la seconde guerre mondiale d’ailleurs) :

    SIR1027516012813560   220px-Le_Caravage_-_Saint_Mathieu_et_l'ange

Puis il continue de faire poser des modèles masculins, ici « l’Amour victorieux » (pour une fois, ce n’est pas Mario puisqu’il est près de lui !) :

     SIR1027516012813561   amour victorieux

Et là c’est bien Mario en saint Jean Baptiste :

SIR1027516012714500        jb

Et Lena pose quant à elle en Madone de Lorette :

SIR1027516012714500  Caravage-Madone-de-Lorette

C’est aussi l’époque de certains de ses tableaux les plus célèbres …    SIR1027516012818370En haut à gauche, on aperçoit la mise au tombeau :

12-1-fullLe souper à Emmaüs (l’histoire ne dit pas si la table en vient !!! Ah ah ah !) :

La-Cène-à-Emmaüs-Le-Caravage1

Et le crucifiement de saint Pierre :

crucifixiondesaintpierre

La bulle du dessous nous laisse apercevoir la Vierge à l’Enfant avec sainte Anne :

wp222b92d6

Et enfin, la mort d’Anna lui inspire la mort de la Vierge :

     SIR1027516012714501         mort de la vierge

Bien sur, tous ces tableaux sont des reproductions et ne donneront jamais la sensation éprouvée face à un original … Donc foncez dans les musées (bon, ok, surtout si vous allez en Italie !!) et/ou dans les églises pour les voir en vrai !!!

Et on peut faire un p’tit jeu pour terminer : dites-moi en commentaire quelle est, parmi les toiles présentées dans cette 1ere partie, votre préférée ?! Et si vous arrivez à l’expliquer (parce que parfois c’est juste une question de feeling !), pourquoi ?!

L’auteur :

Photo_1629

Milo Manara est italien, est né en 1942 et a déjà écrit un grand nombre de BD dont des trucs apparemment assez chauds ! Jugez plutôt !

Couv_29704

(ça, ça va !)

Couv_3709      declic01 Manara_Trompeuseapparence_01

Autant dire que Le Caravage, ça le change un peu comme thème, même s’il se fait plais’ avec les nus féminins qui posent pour les peintres et les prostituées qui trainent dans Rome !!! Pour ceux qui voudraient tous ses titres, il faut cliquer !

Mon avis ? Les dessins sont extrêmement beaux, superbes à regarder ! Le Caravage en est même mignon !!! Tout le monde sait que ce peintre était sombre et a tué un homme mais ça fait du bien de dépoussiérer ses connaissances !

Malgré l’encensement par un historien de l’art en préface, il faut être réaliste, au niveau interprétation, l’auteur a évidemment pris des libertés, ne serait-ce que dans l’inspiration des toiles du peintre, ou même dans le motif du duel final qui le pousse à tuer Ranuccio…

Au moins un autre tome devrait suivre car on n’a que la 1ère partie de la vie du peintre. L »histoire s’arrête quand justement il tue Ranuccio.

Pour résumer :

  • Histoire vraie de l’impulsif et sombre génie de la peinture italienne : Caravage.
  • Une mise en situation imaginaire mais plausible des œuvres du maître qui permet de les rendre vivantes et de se les rappeler plus facilement sans doute !
  • Une très intéressante vue quasi exhaustive de sa carrière pour avoir une bonne vision générale
  • On a hâte de voir le second tome qui traitera d’un laps de temps plus court (il peint le crucifiement de Pierre, donc une des dernières toiles à apparaitre dans la BD, autour de 1600-1604, et meurt en 1610, autant dire qu’il reste peut de temps à présenter !) mais bien plus sombre.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s