Il suffit d’une nuit (Up at the villa) – William Somerset Maugham

couv72552111

J’avais le choix entre encore un petit livre pour me redonner confiance dans ma capacité à descendre ma PAL ou attaquer un gros livre au risque de caler dessus … Moitié m’a convaincue (aussi pour son confort quotidien parce que me supporter quand j’aime pas un livre c’est dur !!!) : j’ai commencé le plus petit livre en attente ! (Bon sang, j’ai l’impression que je commence pas mal de mes articles-lecture comme ça ces derniers temps !)

L’histoire ? Sans la 4eme de couv’ je n’aurais pas eu de date précise : 1938. Mais l’Anschluss et le Duce sont mentionnés donc on est forcément entre 1938 et 1943. Par contre, on est à Florence, ça, on le sait dès le départ ! L’héroïne est Mary Panton, une trentenaire anglaise, veuve depuis un an et demi auparavant, et qui squatte une maison du XVIème siècle appartenant à des anglais : les Léonard. Ces derniers lui prêtent le temps de se remettre de ses émotions. Ils lui prêtent aussi les 3 domestiques. Cette maison est pourvue d’un beau jardin dominant la cité des Médicis. Mary aime s’y prélasser (on la comprend !).

Floence

Et évidemment, la seule préoccupation d’une femme assez riche, veuve depuis plus d’un an, dans ces années-là est … le remariage ! Or, elle a un prétendant : un ami de ses parents qui l’a vue grandir (miaaaam, un vieux !) : Sir Edgar Swift, 54 ans, en passe de devenir gouverneur du Bengale. En ce début d’histoire, Mary l’attend dans le jardin. Elle sait qu’il vient pour lui déclarer sa flamme et lui faire sa demande. Elle stresse car elle ne sait que répondre à cet homme qui l’a vue grandir. Alors, quand il vient et fait sa demande, elle lui propose une réponse la prochaine fois qu’il repasse à Florence, soit quelques jours plus tard.

Le soir même, la superbe Mary doit aller diner au restaurant sur l’invitation de la Princesse San Ferdinando, une américaine ayant épousé un prince romain. Peu rassuré de savoir la femme qu’il aime se balader la nuit, seule dans Florence, Edgar lui propose un révolver. Après un temps d’hésitation, elle accepte pour avoir la paix et file à la soirée. Elle y retrouve le colonel Trail et sa femme lady Grace deux anglais, une poignée d’italiens, et Rowley Flint un autre anglais précédé par sa mauvaise réputation. Et tant qu’à faire, ce dernier courtise Mary !!! La princesse, elle, est déçue car le ténor exceptionnel qui se produit dans le restaurant et qu’elle voulait présenter à ses amis est malade, il est remplacé par un mauvais violoniste. Toutefois, la bonne humeur des convives fait qu’ils passent une très bonne soirée. Mary accepte de raccompagner Rowley à son hôtel. Mais la soirée ne s’achèvera pas là …

L’auteur ? William Somerset Maugham (1874-1965) est un romancier britannique.

Maugham_retouched

Bon, la comme ça, il n’a pas l’air commode !

D’une part, sa vie personnelle est souvent comparée à celle d’Oscar Wilde. Monsieur était donc bi. Il fait des études de médecine. Puis un voyage en Italie lui libère l’esprit et la vie. Il ne peut évidemment plus vivre en Angleterre, pays trop strict, mais il fait tout de même partie des services secrets pendant la 1ère guerre mondiale. Il obtient son diplôme puis veut tenter de gagner sa vie avec ses livres. Il écrit une bonne cinquantaine de romans, une grosse vingtaine de pièces de théâtre, et plus de 120 nouvelles ! Très productif le monsieur ! Comme il commence à écrire en 1897, qu’il publie son dernier livre en 1962, et qu’il a écrit Up in the villa (Il suffit d’une nuit) en 1941, on est dans la seconde moitié de son œuvre, donc face à une plume déjà bien exercée.

Mon avis ? Moi qui d’habitude peste sur les livres qui trainent à se mettre en place, je me disais qu’avec un livre de 150 pages, ça devrait aller plus vite ! Et je me suis rendue compte que cette fois, la construction était extrêmement équilibrée, comme la courbe d’un graphique parfait :

graphique

L’histoire commence tout doux (au point que je commençais déjà à trainer des pieds et râler !). Présentation des personnages. On a très vite l’ambiance de l’Italie, j’avais presque l’impression de lire un Donna Léone mais à Florence ! Puis on se demande un peu ce qu’il va pouvoir se passer dans cette fameuse « nuit » qui donne son nom au titre français, tout en se disant qu’avec le titre anglais up at the villa, on se doutait que c’était un évènement mystérieux qui s’est passé dans la maison. Mais les 2 prétendants de la belle sont très corrects, donc le mystère est maintenu !

Et quand l’intrigue principale se déclenche, on mange 60 pages en une seconde ! La plume de l’auteur est très envolée, très précise, rapide. Il ne s’encombre pas de fioritures et va à l’essentiel. C’est super agréable. Puis on se prend vraiment de sympathie pour les 2 personnages principaux. Et, une fois l’intrigue principale terminée, l’ensemble se conclue tranquillement, doucement.

J’ai donc beaucoup aimé ce court roman vraiment très bien mené. Comme un effort physique : on s’échauffe, on fait l’effort principal le cœur battant, accélérant sans cesse, puis on termine en marchant tranquillement pour récupérer. C’est vraiment ce que j’ai ressenti en lisant. De plus, l’intrigue est cohérente, touchante, prenante. Le dosage est parfait, il n’y a rien à enlever.

Ça me donne envie de voir ce que le cinéma en a fait : en 1999, il y a eu un film avec Kristin Scott Thomas dans le rôle de Mary, Sean Penn dans le rôle de Rowley, et James Fox en Edgar Swift.

url

Pour résumer :

  • Florence, 1938. Haute société. Une belle anglaise en exil provisoire se fait courtiser par 2 de ses compatriotes. Alors qu’elle hésite grandement, une nuit va bouleverser son quotidien et l’aider à se décider.
  • Si vous êtes en recherche d’un petit livre rapide et facile à lire, tout en étant bien écrit et intéressant, Il suffit d’une nuit est fait pour vous et porte même très bien son nom ! 150 pages qui se lisent comme 10, en une nuit quoi !!
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s