Amours (si elle le dit …) – Léonor de Récondo

couv

Comparse 2 a a-do-ré ce livre, Crazygirl a a-do-ré ce livre, une copine de Comparse 2 a a-do-ré ce livre (au point de ne pas dormir avant de l’avoir fini …), je me devais donc de me faire mon opinion !

L’histoire ? Elle se passe à Saint-Ferreux-sur-Cher en 1908 et commence fort : 1er chapitre : Céleste, servante de la famille de Boisvaillant, se fait violer par son maître, Anselme. Ambiance … C’est une habitude qu’il a prise… Elle en parle à sa référente, Huguette, qui lui conseille de se taire. Cette dernière sert la maison depuis toujours, au point d’avoir vu Anselme naître.

Elle est mariée avec Pierre, un brave homme devenu sourd et muet à la guerre de 1870 et revenu traumatisé du conflit. Il est le cocher et le jardinier de la maison. Ce qui le relie à Anselme est qu’il ait connu son père, mort à la guerre et qu’il pouvait donc lui en parler.

Anselme est notaire. Victoire, sa (2nde) femme depuis 5 années, passe ses journées à se faire servir, à s’éveiller dans ses draps moelleux, à se reposer, à se faire apporter son petit déjeuner au lit, à lire, etc. Elle était née de Champfleuri et avait 6 sœurs. Son problème majeur était qu’elle n’était plus vraiment amoureuse d’Anselme et surtout, qu’elle ne lui avait pas encore donné d’héritier…

Céleste quant à elle, n’a jamais vraiment connu l’amour et la tendresse. Ni par ses parents qui étaient noyés sous la multitude d’enfants, ni par un homme puisque le seul qu’elle « connaisse » est Anselme … Début septembre 1908, elle s’aperçoit que son ventre « est enflé » (ooooh, c’est étonnant ?!!), et qu’elle ne se sent pas comme avant, mais pense être malade (voila voilaaaaa)… Puis elle comprend la situation et tente de la dissimuler. Comment ? l’idée lui vient facilement : les corsets de Madame ! Mais cette dernière la surprend et comprend. Et quand Victoire pense choquer en faisant une annonce tonitruante pendant un repas entre amis, c’est elle qui est choquée en voyant la tête d’Anselme !! Elle comprend alors toute l’histoire … Contre toute attente, entre Céleste et Victoire commence une drôle d’histoire …

Mon avis ? Étant à fond dans la saison 5 de Downton Abbey ces temps-ci, j’avoue que l’amorce domestiques-maîtres m’a tout de suite plu ! Sans rien savoir sur l’auteur, c’était pour moi une écriture féminine jusqu’au bout des ongles : les mots sont doux, tendres, chantants presque, choisis avec soin et décrivent les sentiments amoureux et physiques avec une justesse extrême. L’ensemble donne l’impression de lire un nuage de yaourt ponctué d’un nounours Cajoline. Donc on peut dire que j’ai beaucoup aimé la forme.

J’ai eu un peu plus de mal sur le fond : si l’histoire de la bonne enceinte de son maître est un grand classique, la tournure que prend les choses m’a un peu gênée tellement elle me paraissait peu probable (sans trop en divulguer bien sur !). Et je n’ai pas non plus compris la décision finale de Céleste, car pour moi, elle est un peu extrême (sans trop en divulguer bien sur !) et d’autres alternatives me semblaient possibles …

Niveau lieux, j’ai bien l’impression que le village de Saint-Ferreux-sur-Cher est sorti tout droit de l’imagination de l’auteur… Impossible à trouver sur la carte !!

valcher

Les personnages marchent le long du Cher pour aller à l’église, je suis donc partie de ça pour trouver, ajoutant une recherche sur un jeu de mot possible avec le vrai village et un endroit pas loin d’une gare puisque Victoire et Céleste se font conduire en calèche à la gare la plus proche pour aller à Paris (peut-être Vierzon ?). Mais rien à faire …

L’auteur ?

French violonist Leonor de Recondo poses during the award ceremony of the winners of French literature 2014 prize "Prix Mediterranee" on May 22, 2014 in Paris. Recondo was awarded with a special prize for her book " "Pietra viva". AFP PHOTO /ERIC FEFERBERG

On a la fibre artistique où on ne l’a pas : elle est à la fois violoniste et écrivain, ce que j’apprends en lisant sa biographie et qui du coup m’éclaire un peu sur son style d’écriture. Pour moi les violonistes ont un côté précis et précieux qui correspond parfaitement… Elle a 39 ans. Et, malgré son nom a consonance sud-américaine, elle est française ! Elle écrit depuis 2010 et 4 livres sont déjà parus : La grâce du cyprès blanc, Rêves oubliés, Pietra viva et Amours.

Pour résumer :

  • Une histoire domestiques-maîtres en France au début du XXème siècle. Avec les portes ouvertes que cela implique !!!
  • Une écriture extrêmement agréable à lire, pleine de douceur.
  • Pour moi, l’histoire ne tient pas complètement debout, mais comme je l’ai dit, les 3 autres lectrices que je connais l’ont adoré.
  • Un livre qui se lit très rapidement et pour cause : c’est écrit assez gros, très espacé, les chapitres font 2 pages maxi, et il ne fait que 276 pages !
  • Pour ceux qui veulent le tester, visiblement on peut le lire en cliquant ici.
Publicités

Une réflexion au sujet de « Amours (si elle le dit …) – Léonor de Récondo »

  1. J’ai adoré aussi ! Effectivement l’écriture est fluide, et tellement juste dans la transcription des sentiments, mais aussi du carcan social et religieux de la bourgeoisie de province de cette époque… D’ailleurs pour moi la fin ne pouvait pas être tellement différente, justement à cause de ce carcan…
    Juste une petite remarque féministe sur ce que tu as écrit : pourquoi une femme devrait-elle avoir une écriture douce et tendre ?! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s