Hippocrate, pas hippocrite mais pas drôle non plus !

301675.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Vacances obligent, on est facilement resté un mois sans cinéma, il était grand temps de faire notre rentrée !!! On hésitait entre Hippocrate et Gemma Bovery… p’t’être les 2 films à voir en ce moment ! Plantage de décor avant de parler du film, pour les plus jeunes qui ignorent la raison du titre :

Hippocrate était un médecin grec des Vème et IVème siècles avant J-C, considéré comme le père de la médecine.

26865VG_hippocrate

Il aurait écrit un texte sur l’éthique que la médecine devait avoir. Ce texte que l’on appelle le Serment d’Hippocrate est toujours prononcé par les diplômés en médecine. Allez, histoire de, je vous passe le texte à lire !

640px-HippocraticOath

Et comme je suis sympa, voici la traduction :

« Je jure par Apollon, médecin, par Asclépios, par Hygie et Panacée, par tous les dieux et toutes les déesses, les prenant à témoin que je remplirai, suivant mes forces et ma capacité, le serment et l’engagement suivants :

Je mettrai mon maître de médecine au même rang que les auteurs de mes jours, je partagerai avec lui mon avoir et, le cas échéant, je pourvoirai à ses besoins ; je tiendrai ses enfants pour des frères, et, s’ils désirent apprendre la médecine, je la leur enseignerai sans salaire ni engagement. Je ferai part de mes préceptes, des leçons orales et du reste de l’enseignement à mes fils, à ceux de mon maître et aux disciples liés par engagement et un serment suivant la loi médicale, mais à nul autre.

Je dirigerai le régime des malades à leur avantage, suivant mes forces et mon jugement, et je m’abstiendrai de tout mal et de toute injustice. Je ne remettrai à personne du poison, si on m’en demande, ni ne prendrai l’initiative d’une pareille suggestion ; semblablement, je ne remettrai à aucune femme un pessaire abortif. Je passerai ma vie et j’exercerai mon art dans l’innocence et la pureté.

Je ne pratiquerai pas l’opération de la taille1.

Dans quelque maison que je rentre, j’y entrerai pour l’utilité des malades, me préservant de tout méfait volontaire et corrupteur, et surtout de la séduction des femmes et des garçons, libres ou esclaves.

Quoi que je voie ou entende dans la société pendant, ou même hors de l’exercice de ma profession, je tairai ce qui n’a jamais besoin d’être divulgué, regardant la discrétion comme un devoir en pareil cas.

Si je remplis ce serment sans l’enfreindre, qu’il me soit donné de jouir heureusement de la vie et de ma profession, honoré à jamais des hommes ; si je le viole et que je me parjure, puissé-je avoir un sort contraire et mourir dans la tristesse. »

Bref, vous comprenez donc, entre l’affiche et le serment d’Hippocrate, que nous allons entendre parler médecine et sans doute, jeunes médecins !

L’histoire ?

Nous sommes dans un grand hôpital (parisien d’après ce que j’ai compris, mais je ne me souviens pas de son nom !) dirigé et géré par l’ancien directeur d’Amazon…. Le zoom est mis sur les nouveaux internes de l’hôpital, et surtout ceux du service de médecine interne. Nous apercevons aussi ceux de réanimation, et la rivalité qui s’installe entre les 2 services aux motivations bien différentes. Les 2 personnages principaux sont Benjamin (l’horripilant Vincent Lacoste), interne lambda au dynamiste de koala et au charisme d’huitre:

110274.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

et Abdel Rezzak (Reda Kateb) un médecin algérien venu faire son internat en France afin de pouvoir offrir une meilleure vie à sa femme et son fils restés au pays.

146205.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Le chef de service de médecine interne n’est autre que le père de Benjamin (vous voyez v’nir la mauvaise ambiance ?) : le professeur Barois (Jacques Gamblin)

285970.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Les premiers jours se passent comme toute rentrée : le temps à chacun de prendre ses marques, d’examiner des patients, de faire des choix, d’entretenir les liens avec les autres internes dans l’ambiance potache qui fait la réputation des étudiants en médecine.

Hippocrate-Extrait-VF_reference

Puis très vite les patients sérieux arrivent et Benjamin enchaine les boulettes alors qu’Abdel assure et s’impose comme le médecin expérimenté qu’il est…

Mon avis ? J’attendais un film drôle (la seule blague du film est dans la bande-annonce, pas de bol !) ou dans un ton plus léger en tout cas (oui j’avoue j’ai été élevée par Urgences), alors que ce n’est pas du tout le cas, c’est sans doute la raison pour laquelle je ne l’ai pas aimé.

Disons que ça aurait été un bon documentaire car tout y est : filmé à la manière d’un documentaire (limite caméra à l’épaule et filtre glauque), la gestion actuelle des hôpitaux comme des entreprises, le manque de matériel en état de marche, le manque d’infirmières, le manque de médecins, les patients qui en pâtissent (les internes sont livrés à eux-mêmes tout le film), la mauvaise ambiance, l’espèce d’omerta sur les erreurs médicales, la souffrance des familles, etc.

Mais le personnage principal : Benjamin, manque de crédibilité : on a envie de lui foutre des baffes tellement il est mou, je fais rarement le délit de sale-gueule mais là … désolée !

114181.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Je pense que si je vois arriver un médecin comme ça, je sors de la chambre d’hôpital pour en demander un autre. Il fait des auscultations certes, mais uniquement :

Hippocrate-Extrait-4-VF_reference

Jamais un diagnostic réel, jamais il ne se mouille, et quand bien même il se cache derrière son père pour couvrir ses erreurs. On se demande même comment il a réussi à passer les 1ères années de médecine !!!! N’importe quoi !

Par contre, Abdel attire complètement la sympathie, on a envie de le défendre dans toutes ses décisions…

Pour résumer :

  • Un bon documentaire sur la vie d’un service d’hôpital, qui pointe et dénonce tous les problèmes actuellement rencontrés.
  • Un film où le personnage principal a mal été calibré et choisi (c’est mon avis !) : trop mou, rendez-nous le docteur Carter !!!!! La fin s’arrange un peu, il commence à prendre conscience qu’on ne peut faire des erreurs et laisser les autres les assumer, mais ça ne lui rend pas l’âme d’un médecin pour autant …
  • La place et l’importance données aux infirmières est une belle justice qui leur est rendue.
  • Le pathos est omniprésent, on souffre pour les patients et la manière dont ils sont traités. Difficile à supporter parfois, j’ai failli sortir à plusieurs reprises.  Note pour vous : avoir un moral blindé pour regarder ça !
  • Bref, si le 7 à 8 sur la médecine interne ne vous a pas suffi, allez-le voir mais sinon … Attendez qu’il passe à la télé ! Voici la bande-annonce pour vous faire un 1er avis :

Publicités

Une réflexion au sujet de « Hippocrate, pas hippocrite mais pas drôle non plus ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s