Les yeux jaunes des crocodiles – Katherine Pancol

0ibhn5ey

Je pense que sur celui-là, j’ai battu le record de lenteur de lecture d’un roman de gare : ça fait bien 2 mois et demi que je l’ai commencé !!! La preuve : je voulais le lire avant que le film ne sorte !!! Bon par contre, je ne vois pas avec quelles photos illustrer cet article !!!

L’histoire ? Simplissime mais efficace : tout se passe au sein d’une famille. On découvre d’abord les 2 sœurs : Iris, belle, élégante, sure d’elle, ayant réussi un beau mariage avec Philippe Dupin, se faisant entretenir par son richissime mari, ayant un fils, Alexandre ; et Joséphine, historienne chercheuse spécialiste du XIIeme siècle, habitant un appart’ glauque à Courbevoie, mariée à Antoine qui est au chômage, tous deux ont 2 filles : Hortense, la copie conforme de sa tante avec les dents qui rayent le parquet et une carapace énorme et Zoé, petite fille mignonne et drôle. Dès le début de l’histoire, Antoine et Joséphine se séparent, Antoine part avec sa maitresse Mylène. Joséphine se prend en pleine tête les reproches perpétuels d’Hortense, les questions de Zoe, les factures à payer pour tout le monde.

On ajoute à ce petit monde une mère ignoble et sèche qui a toujours aimé Iris mais pas Joséphine : elle est surnommée le « cure-dents » : Henriette Plissonnier (son nom de jeune fille) – Grobz (son nom d’épouse). Son 1er mari et père des filles étant mort, elle s’est remariée avec un homme très riche : Marcel Grobz, surnommé Chef. Chef est bonne pâte, adorable, mais ne supporte évidemment plus sa femme qui n’a jamais voulu lui faire d’enfant. Cette dernière, maligne, a assuré ses arrières en demandant à devoir signer tous les documents de l’entreprise et ainsi posséder la moitié de ses bénéfices … Le Marcel est donc pieds et poings liés … or, il est amoureux fou de sa secrétaire : Josiane….

Très vite le torchon brule entre Joséphine et sa mère… Le même soir, Philippe propose à Joséphine de lui traduire des contrats russe-français contre des sommes rondelettes. Des contrats d’abord, des biographies ensuite pour un peu plus d’argent. Philippe s’apaise devant Joséphine, on sent que ces 2 là s’entendent bien …

Iris de son côté est en manque d’activité, elle sent que Philippe se détourne d’elle peu à peu, que ses relations publiques s’éloignent d’elle, il lui faut une idée pour attirer à nouveau l’attention sur elle … Un soir, elle raconte à un éditeur célèbre qu’elle écrit un roman… un roman qui se passe au XIIème siècle. Évidemment, elle se tourne direct vers sa sœur qu’elle flatte pour arriver à ses fins. La gentille Joséphine qui a besoin d’argent (son mari s’est lancé avec un prêt dans l’élevage de crocodiles, sa fille Hortense demande de plus en plus de produits chers) accepte le deal : elle écrit le livre et touche l’argent, Iris fait la promo sous le feu des projecteurs. C’est donc parti …

On navigue alors entre les sentiments de Joséphine : son émancipation progressive du personnage terne qu’elle était, sa prise de confiance, sa découverte d’un ténébreux brun rat de bibliothèque (Luca), sa passion pour les personnages auxquels elle donne vie ; les filles : Hortense tantôt horrible avec sa mère, tantôt sincère qui se destine à la mode, Zoe qui grandit à l’ombre de Max son copain de classe qui a une mauvaise influence ; Shirley, la voisine de palier, anglaise, adorable, pilier de Joséphine et son fils Gary de l’âge d’Hortense ; Antoine, Mylène et leur élevage de crocodiles (d’où le titre); Iris et Philippe de plus en plus étrangers l’un pour l’autre.

Mon avis ? Malgré ma lenteur extrême à me mettre dedans – faute de temps principalement – quand je m’y suis mise (dimanche donc…) j’ai dévoré 200 pages d’un coup ! Bien écrit (ça coule tout seul), avec quelques rebondissements pas forcément utiles mais qui pimentent le truc, on suit l’évolution de chacun et c’est très agréable.

Mon imagination avait été parasitée par la bande-annonce du film : je voyais donc Joséphine avec la tête de Julie Depardieu, Iris avec celle d’Emmanuelle Béart, Philippe avec celle de Patrick Bruel … Donc c’était un peu téléguidé et faussé !!!

Je ne suis pas la seule à l’avoir aimé : ce roman s’est vendu à plus de 2 millions d’exemplaires et dans plus de 31 langues !

Et bonne nouvelle : il y a 2 suites : La valse lente des tortues et Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi. Peut être pas pour maintenant vu ma PAL mais je pense les lire !!! Si vous les avez lu, donnez-moi vite votre avis !!!!

25485_1173711                7691150098_les-ecureuils-de-central-park-sont-tristes-le-lundi

Pour résumer :

  • Avant tout, ce livre raconte l’histoire d’une famille : des individus et du groupe. Tous les caractères se côtoient et interagissent. On s’attache à ceux qui s’étoffent, on se détache de ceux qui perdent saveur progressivement…
  • Un style très facile à lire, une intrigue principale bien ficelée et qui m’a parlé : moi qui suis passionnée d’histoire et qui ne rêve que d’écrire un roman !!!
  • Pour ceux qui ne l’ont pas encore lu, c’est la saison idéale : été et plage vont très bien avec ce livre !!! Pour les autres qui ont la flemme : le film sera bientôt disponible en DVD !!
Publicités

Une réflexion au sujet de « Les yeux jaunes des crocodiles – Katherine Pancol »

  1. J’avais beaucoup aimé ce premier tome, un peu moins le deuxième qui a une partie thriller un peu bizarre et j’ai trouvé que le troisième partait complètement en cacahuète! Mais ce n’est que mon avis, j’espère que tu aimeras autant que le premier tome 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s