Les Enfants de la Terre – Tome 1 : le clan de l’ours des cavernes – Jean AUEL

les-enfants-de-la-terre1

Youhooooou victoire !!!!!! J’aurai mis le temps pour le lire celui là !!! Il y a un moment déjà que je l’ai dans ma bibliothèque et qu’il est dans ma PAL, mais je n’arrivais pas à m’y mettre (un pressentiment sans doute ?!) : c’était écrit petit petit, l’écriture était très serrée ce qui laissait présager des descriptions à n’en plus finir ! Cependant les critiques que j’avais lues étaient bonnes …

L’histoire dans l’Histoire (difficile de séparer les 2 pour bien comprendre ce roman). Replaçons la dans son contexte … nous sommes à la Préhistoire, vers 30.000 avant J-C, le moment où Néandertal et Homo Sapiens cohabitent.

Nous rencontrons dès le début du livre, un peu comme une Heidi courant dans les champs, Ayla, fillette de 5 ans environ appartenant aux peuples des « Autres » (homo sapiens). Elle part se baigner et jouer dans la rivière quand la terre se met à trembler et engloutit son lieu de vie et tous les membres de son clan. Elle se met alors à errer, longeant la rivière, puis la forêt, puis arrive près d’une petite caverne et se fait attaquer par le lion des cavernesCave Lion 4. Il la rate de peu. Mais la fillette épuisée, incapable de se nourrir depuis plusieurs jours, s’écroule à terre peu de temps après, cessant ainsi de lutter.

Sa chance réside dans le passage d’un clan de Néandertaliens à la recherche d’une nouvelle caverne : le tremblement de terre ayant fait disparaître la leur.

neandertal

Iza, la guérisseuse en mal d’enfant, veut, dès le premier regard la recueillir, et ne pas laisser mourir cet enfant si différent d’eux physiquement. Brun, le chef du clan, assisté de Creb le Mog-ur (grand sorcier en gros), ses 2 frères, acceptent. Iza sauve alors Ayla, à force de potions, de cataplasmes pour la plaie faite par le lion des cavernes, de repas, de patience, de repos.

Pour bien comprendre la différence physique, omniprésente dans ce tome 1, et qui pose tant de fois problème, voici à gauche le faciès de l’Homo Sapiens (en gros, nous !) et à droite, le faciès de l’homme de Neandertal.

420px-Neandertal_vs_Sapiens

Et voici les particularités de Neandertal :

800px-Neandertal_caractères_crâniens

Ces différences physiques traduisent évidemment une différence dans les aptitudes. Les membres du clan ont une mémoire de plusieurs générations (d’où leur crâne énorme à l’arrière), ils naissent en sachant déjà tout ce qu’ont appris leurs ancêtres (pratique pour les leçons d’histoire me direz-vous !!!). Et la mémoire prend presque toute la place de leur cerveau, ils n’ont pas vraiment de capacité d’apprentissage. Ils ne peuvent pas parler, et se contentent d’émettre des sons, le reste des échanges se font par gestes. Ils sont trapus, les jambes arquées, peu grands.

Or, Ayla grandit vite et se retrouve rapidement de la taille de toutes les femmes du clan, puis des hommes qu’elle dépasse pour la plupart, ce qui pose évidemment problème. Creb et Iza qui la couvent, lui apprennent tout ce qu’ils savent, elle essaye de s’y plier au mieux et fait parfois de gros efforts pour lutter contre sa nature mais très vite, elle mène des réflexions qui les dépassent, Creb comprend que les Autres n’ont pas les mêmes capacités de réflexion. Mais les membres du clan ont plus de mal à l’accepter. Le fils de Brun, Broud, futur chef, ne supporte pas que cette étrangère lui vole la vedette aux instants les plus importants de sa vie, il prétexte qu’elle le pousse à bout dans ses maladresses, ses provocations et la maltraite sans cesse. Puis la fillette sentant qu’elle est supérieure aux membres du clan, transgresse leurs règles de vie en commun. Les femmes n’ayant pas le droit de faire grand chose d’autre que servir les hommes et se précipiter à leur moindre désir, Ayla voit au-delà. Et cela ne va pas simplifier les choses vous vous doutez bien !

Je trouve que cette image pourrait bien illustrer la cohabitation, elle pourrait tout à fait représenter Creb ou Brun et Ayla :

url2Bref, la vie s’organise dans la nouvelle caverne découverte par Ayla. Les Néandertaliens sont des chasseurs-cueilleurs, on apprend donc leurs techniques de chasse, leur connaissance de la nature et des propriétés de chaque plante, leur maitrise du feu et leur manière de l’entretenir, leur rapport aux esprits (un peu bizarre à comprendre d’ailleurs !), leur manière de s’habiller, d’organiser leur hiérarchie, de traiter les femmes (fait pas bon être néandertalienne !!!).

Neandertal-Famille-1

Peu à peu, l’intelligence d’Ayla va apparaitre comme de la chance aux yeux des membres du Clan, ils sont de plus en plus persuadés qu’Ursus, l’esprit du grand ours des cavernes, ainsi que l’esprit du lion des cavernes (le totem d’Ayla, c’est à dire l’esprit animal qui l’habite), la protègent et la favorisent. Elle va donc peu à peu prendre une place bien à elle dans le clan. Tout irait bien s’il n’y avait pas Broud…

url

Bon, les nôtres chassent le mammouth mais c’est un peu pareil !

Mon avis ? J’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l’histoire … Les premières pages avec l’adoption d’Ayla étaient très faciles à lire, mais très vite, la description des habitudes du clan est devenue trop précise, presque imbuvable.

Les noms des personnages n’évoquent évidemment rien pour nous, hommes modernes, et les repères sont très difficiles à prendre : Broud est le fils de la compagne de Brun (plutôt que de dire simplement « Broud est le fils de Brun » !), qui est marié avec Oga, mais il y a aussi Aga, Aba, Uba, Grood, Goorv, Orga, Zoug, Vorn, c’est juste l’horreur !!!! Et encore, c’est uniquement dans ce clan là !!! Quand ils font leur espèce de jeux olympiques entre clans, ça devient juste impossible à suivre ! Du coup on repère juste la gentille, les autres gentils, et le gros méchant et on navigue à vue. Les autres, on lit un peu en diagonale ce qui leur arrive.

Puis, au moment où Ayla prend de l’ampleur et commence à faire des choses interdites, à se faire choper, à se faire punir, à s’en sortir plus ou moins bien, c’est-à-dire autour de la page 270, ça devient vraiment vraiment passionnant (j’ai mis un mois et demi à lire les 270 premières pages, et 2 jours les 250 dernières !).

Au-delà de ça, c’est une manière inhabituelle de mettre en scène des critères qui caractérisent encore notre société : notamment la vision des étrangers. On a toujours ceux comme Iza et Creb qui acceptent la différence parce qu’ils y voient une source de richesse intérieure ou tout simplement l’obligation normale d’aider l’autre quel qu’il soit, on a ceux qui au départ sont hostiles face à la différence comme Brun ou Aga mais qui en apprenant à connaitre l’étranger ou bien lorsque que celui-ci fait quelque chose pour eux genre sauver leur enfant au péril de sa propre vie changent leur avis et s’y tiennent, et on a ceux qui se bloquent face à la différence parce qu’ils n’y voient qu’une mise en retrait de leurs propres valeurs au profit de la valeur de l’étranger : c’est le cas de Broud.

Ce roman a été assez compliqué à lire pour moi, pourtant le thème me motivait bien … Mais la description est omniprésente et ultra précise ce qui alourdit considérablement l’ensemble et ralentit le rythme. Elle est évidemment nécessaire tant le mode de vie est à des années-lumière de nous. Mais du coup, si les hommes partent à la chasse on se dit : « chouette de l’action, peut-être qu’il va se passer un truc ! » et bam description de ce qu’ils chassent, comment ils font, avec quoi, où etc … C’est lourdingue ! Mais une fois qu’on est bien inscrit dans le mode de vie, qu’on est sensé bien le cerner, elle allège un peu et l’action s’accélère. Personnellement c’est là où je suis vraiment rentrée dans l’histoire et où elle est devenue passionnante au point d’avoir du mal à fermer le livre le soir !

La saga : Ce n’est donc pas un roman isolé… C’est le 1er tome d’une grande fresque préhistorique (sans jeu de mot !) en 6 volumes (mais il y a des volumes qui font 2 parties !), publiée entre 1980 et 2011 (on est donc peut-être pas à l’abri d’un 7ème !!!)…

url3

Vous voulez voir une photo de l’auteur : Jean M. Auel ? Attendez-vous à être surpris :

jean

La préface est signée par Jean-Philippe Rigaud, directeur du Centre national de préhistoire. Il dit en gros que c’est un travail remarquable et réaliste. Il y a une part de roman bien sûr (notamment sur les reproductions entre les 2 espèces, elles semblent avoir été rares pour cause d’incompatibilité génétique, mais arrivent déjà 2 fois dans le tome 1…), mais le gros des situations est plausible. On en déduit donc que c’est une belle manière d’aborder la période préhistorique.

Pour résumer :

  • Le premier volume d’une saga préhistorique écrite par Jean Auel, l’entrée en matière, l’introduction en quelque sorte, les débuts de l’héroïne de l’ensemble des volumes : Ayla. Ces 537 pages la voient passer de 5 ans environ, à 16 environ je pense.
  • La vie quotidienne et les règles d’un clan de Néandertal sont développées, mais aussi quelque part, celles des Autres (les Homo Sapiens) à travers les habitudes naturelles d’Ayla ou ses aptitudes. On perçoit donc bien les différences entre les 2 espèces.
  • Il faut être motivé pour aller au bout, et passer outre les moments d’ennui profond. Ça vaut le coup : la seconde partie passionnante. J’ai été un peu déçue par la fin : je m’attendais au dénouement mais pas avec une telle violence.
  • Vais-je lire le second volume ??? Une petite anecdote est à raconter avant de répondre … En rentrant de mon escapade parisienne vendredi dernier, je me presse d’ouvrir mon livre dans le train et me plonge dedans (il me restait 100 pages). Au bout d’un moment, je lève les yeux, regarde autour de moi, et bam je vois quoi posé devant mon voisin ??? le tome 2 … Dingue non ?!! On doit être 2 à le lire en France et faut qu’on soit côte à côte ! Je lui demande donc comment est ce tome 2 (il en est au 3/4) et il me répond : « j’ai eu du mal à rentrer dedans, c’est plus lent que le 1″… Je lui demande donc comment il avait trouvé le 1 et il m’a répondu : « Passionnant, j’étais à fond, je l’ai dévoré » (apparemment le mec était si ce n’est préhistorien, au moins passionné de préhistoire mais quand même !)…….. CQFD, j’ai un peu peur, moi qui n’ai trouvé passionnante que la 2nde partie du roman, de m’ennuyer profond dans le tome 2… Donc j’ai résolu le dilemme : je vais lire un autre livre, un petit truc bien mimi, entre les 2, mais vais tester le 2nd volume histoire de voir par moi même ce que devient Ayla !
Publicités

7 réflexions au sujet de « Les Enfants de la Terre – Tome 1 : le clan de l’ours des cavernes – Jean AUEL »

  1. Jean M. Auel est une femme??? Je ne savais pas!! Et bien, tu en seras venu à bout!! Superbes illustrations pour le résumé! En tout cas, moi j’avais vraiment bien aimé cette saga même si je me suis arrêté au 4ème ou 5ème tome… Peut-être que je la finirais un jour ^^
    J’espère que la suite passera mieux!!

  2. Pour une bonne leçon d’histoire les tome 1 et 2 sont au top, après cela relève du roman pr moi mais vraiment les premiers tomes sont d’un écrit extraordinaire et d’une précision faramineuse!!! Il me tarde de relire le premier que j’ai lu il y a dejà 12 ans…!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s