Le marquis mis à nu – Sally MACKENZIE

le marquis mis à nuForte de ma super sensation de lecture lors du Duc mis à nu, j’ai enchainé sur le marquis, avec l’espoir de descendre l’échelle de la noblesse titre par titre ! Déception quelle ne fut pas ma, de ce livre identique découvrir ! Mon avis, expliquer il me faut !

L’histoire ? Facile : vous prenez exactement la même que celle de mon article sur le précédent opus, par ici ! On change simplement les personnages : nous retrouvons Charles Draysmith, un des amis de James duc d’Alvord, et cette fois, il est le héros du roman. Il n’était que le second de la lignée et se réjouissait de ce sort, de n’avoir aucun titre à porter, eh bien le voici propulsé Marquis de Knighsdale par la mort de son frère Paul et de sa belle-sœur. Il rentre dans son désormais domaine et tombe nez-à-nez avec la fille qui le suivait partout lorsqu’ils étaient petits et qu’il n’aimait pas : Emma. Cette dernière est la gouvernante provisoire de ses nièces (à lui !) : Isabelle et Claire. Je vous laisse donc deviner la suite : en une seconde, il tombe éperdument amoureux (le hasard, comme par hasard !!), et décide de l’épouser, elle refuse et s’offusque, il commence alors une cour effrénée et super chaude !

Mon avis ? Si j’avais été surprise et conquise par le thème, le style et la manière de traiter les sentiments avec légèreté, humour et efficacité du 1er volume, j’ai été complètement déçue de trouver un duplicata de tout ça dans le second volet. I-den-tique ! Jusqu’à reproduire les mêmes phrases pour désigner l’émotion féminine, les mêmes périphrases pour désigner les anatomies masculine et féminine, les mêmes réactions, les mêmes situations, allant toutefois un tout petit peu plus loin dans l’érotisme, mais c’est bien là, la seule différence !!!! On a même l’anti-héros que l’on confond dès sa 1ère apparition, allant même jusqu’à deviner immédiatement le pourquoi du comment de sa présence ici. L’histoire se dénoue de la même manière que le 1er volet : une confrontation à pseudo-suspense entre la fille, l’anti-héros et le héros.

Démonstration ? Il y a beaucoup de passages quasiment identiques, mais je n’ai pas eu le réflexe de les noter au fur et à mesure et je n’arrive pas à les retrouver tous ! Mieux vaut donc m’en tenir à un seul passage, ô combien éloquent !

Le duc mis à nu :

James la tint sur ses genoux comme la nuit du 1er bal de Lizzie, mais cette fois-ci, il se contenta de la bercer dans ses bras. Au début, elle agrippa à lui avec l’énergie du désespoir, assoiffée de la promesse de force et de sécurité qu’il représentait, de sa chaleur qui l’enveloppait. La poitrine de James contre sa joue, son bras qui soutenait son dos, son souffle qui lui caressait les cheveux. Sarah aurait voulu se fondre en lui. (…) Elle respirait son odeur chaude et familière, et sentit sa main lui caresser doucement les cheveux. Sa voix résonna sous son oreille, mais elle ne tenta même pas de comprendre ses paroles. (…) Lentement, la peur reflua et la chaleur de James commença à l’envahir. Ses muscles se détendirent.

Le marquis mis à nu :

Elle (Emma) faillit pleurer de bonheur quand Charles la saisit pour l’étreindre contre sa poitrine. Elle s’enivra de son odeur, un parfum frais où se mêlaient les senteurs du linge propre et du savon ainsi que quelque chose d’autre, de mâle. Il était si calme, et l’apaisa de ses mains et de sa voix. Il parvint à défaire ce nœud d’anxiété et de honte qui lui taraudait l’estomac. Il était Charles. (…) Elle le laissa faire quand il l’assit sur ses genoux. Elle se sentait protégée, libérée de la tension et de l’émoi dont elle avait été la proie au bord du lac. La joue posée sur les fortes épaules de Charles, elle sentait sa main lui caresser les cheveux.

Pour résumer :

  • Si vous avez déjà lu le 1er volume de la série Noblesse oblige, ne perdez pas votre temps comme je l’ai fait : c’est exactement la même histoire. Toutefois, si votre côté « neuneu » n’a pas été rassasié avec Le duc mis à nu, alors, vous pouvez lire ce 2nd volet ! C’est peut-être cela le secret de cette saga : elle n’est pas faite pour être lue en entier, mais il ne faut sans doute en lire qu’un seul volume, peu importe lequel !
  • Grosse déception, et impression de se faire un peu prendre pour …. : où est l’intérêt de faire 2 histoires identiques ? Sachant, en plus, que les 2 héros sont amis et voisins, il est peu probable qu’il leur arrive exactement la même histoire !
  • Je suis donc partagée entre l’aversion d’entamer le 3ème livre : Le Comte mis à nu (prête à parier qu’on s’attaque cette fois à Robert Hamilton, comte de Westbrooke, le dernier des 3 amis à n’être marié, et dont on sait que Lizzie, la soeur de James, est amoureuse…). Et l’autre sentiment serait d’ouvrir ce 3ème opus pour vérifier si l’auteur a encore eu l’audace d’écrire une 3ème histoire identique !!!
  • Le seul point vraiment positif de ce livre est qu’il me permet d’avancer mon challenge Haut en couleur !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s