12 years a slave (and 12 years a movie !)

21041568_2013091910085449.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Bon … à film attendu, scénario original : cinéma d’art et d’essai, séance en V.O. pour avoir l’essence même de l’interprétation, et outre Moitié qui avait un peu peur des 2h30 en anglais (!!), une amie nous accompagnait (elle est souvent là pour nos films « sérieux » !!!) …

L’histoire ? 1842 aux Etats-Unis. Solomon Northup vit paisiblement avec sa famille, comme un homme libre. Sa famille est unie, ils ont 2 enfants en bas-âge.

21045916_20131002112034524.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxSa femme part travailler 3 semaines et emmène ses enfants, ça a l’air d’être une habitude. Et lui, se promène dans un parc

21053707_2013102916201922.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

… et se fait aborder par 2 hommes lui proposant de jouer du violon (il joue à merveille) dans un cirque, moyennant un gros salaire. Il se laisse tenter (alors que bon, c’est quand même marqué « piège » sur leur front mais bon …)…

21020199_20130717120703058.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

… et après une soirée bien arrosée, il se réveille enchaîné, en chemise, dans une cellule. Son geôlier vient lui mentionner de manière brutale (je me suis caché les yeux) qu’il n’est plus tout à fait l’homme libre qu’il prétend être ….. ambiance … Il n’est pas seul dans ce cas là. Ses compagnons d’infortune et lui sont bientôt emmenés dans la cale d’un bateau pour être vendu comme esclave dans le sud.

21053704_20131029162018174.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Il est alors obligé de changer de nom, on l’appellera désormais Platt. Il se trouve avoir un peu de chance : il est acheté par un maître qui n’a pas l’air si terrible : maître Ford. Et Platt s’avère être un peu plus malin que les autres et donne des conseils au maître pour améliorer son exploitation, ce qui lui attire les foudres du contremaitre (qui a une bonne tête de ce qu’il a l’air !!!).

21045912_20131002112032945.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Du coup, on ne sait pas trop pourquoi (enfin, on n’a pas bien compris pourquoi surtout, donc si quelqu’un comprend, merci de m’expliquer en commentaires !), mais maître Ford est obligé d’échanger Platt chez un « briseur d’esclaves » (glups) : Edwin Epps.

21045914_20131002112033649.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Bon, là, il a l’air à peu près gentil, mais …

url4

… si vous vous fixez sur ce regard là, il a quand même une bonne tête de taré (qu’il est !) !

Entre temps, aucun moyen de fuir ni de communiquer avec l’extérieur… Et là, il cultive du coton plus ou moins péniblement …

21045911_20131002112032555.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

… et se fait punir pour ne pas en ramasser assez… Les esclaves vivent au rythme des humeurs et de l’alcool absorbé par leur maître qui, en prime, a jeté son dévolu sur Patsey, championne toute catégorie du ramassage de coton. La pauvre oscille entre viols réguliers, coups, foudres de la femme du maître…

21020195_20130717120701339.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxPendant les années passées à la plantation, Platt tente de rester dans le rang, de se faire remarquer le moins possible mais ses talents de violoniste font qu’il se démarque toujours.

url5

De plus, il sait lire et écrire, mais le cache pour tenter clandestinement de communiquer avec l’extérieur. Autant dire : mission impossible !

TWELVE YEARS A SLAVE

Car son maître a la fâcheuse et énervante tendance à tout savoir, avec un temps d’avance…

21020198_20130717120701965.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxHeureusement, il tombe sur un artisan (on suppose charpentier), (au visage bien connu), farouche partisan de l’abolition de l’esclavage, et décide de lui faire confiance …

url3

Les acteurs : Bon … avant de donner mon avis (qui n’est pas hyper clair par rapport à d’habitude), une petite parenthèse sur les 4 acteurs principaux est nécessaire : ils rehaussent le film, ils lui donnent une couleur qu’il n’aurait pas tant ils sont justes dans leur interprétation. Que l’on aime ou que l’on déteste ce film, on ne peut lui enlever ça.

Le rôle titre est tenu par Chiwetel Ejiofor (moui … on aurait préféré un nom plus facile à prononcer !)… Si je vous dis qu’il joue dans Amistad … vous me répondez que c’est un monomaniaque des rôles d’esclave ??? Bon, j’ai mieux : il joue Peter dans Love Actually (celui qui se marie avec Keira Knightley) !!! Et il a une carrière assez développée ! Bon, il est aussi nommé en meilleur acteur aux oscars …

url8L’espèce de gros taré d’Edwin Epps est joué par Michael Fassbender, et on peut dire que ça lui va comme un gant. Il est beaucoup plus connu lui, on l’a entre autres vu dans Inglourious Basterds, Jane Eyre, A dangerous method… Et le rôle du grand méchant lui va tellement bien qu’il est aussi nommé aux oscars dans la catégorie Meilleur acteur dans un second rôle.

url6Lupita Nyong’o alias Patsey la championne du ramassage de coton qui morfle pendant tout le film … Cette actrice de 30 ans signe la son 1er rôle … assez bluffant ! Surtout si on sait que d’entrée de jeu elle est nominée pour l’oscar de la meilleure actrice dans un second rôle ! Voilà qui peut l’encourager à continuer !

url9Et le rôle de maître Ford est tenu par Benedict Cumberbatch, qui a un visage que l’on n’oublie pas (eh ! on est britannique ou on ne l’est pas !!!). Récemment on l’a vu dans Un été à Osage County, il a également joué dans Cheval de guerre, Deux sœurs pour un roi ou Reviens-moi.

url10

Bon, et pour ceux et celles qui n’ont pas reconnu l’artisan charpentier, un petit zoom …

url2

Mon avis au final ? J’ai attendu une journée avant de faire cet article pour la simple et bonne raison que je ne savais que penser de ce film et je crois que je ne sais toujours pas si je l’aime ou non…

Les films dont tout le monde parle et uniquement en bien me laissent souvent perplexe, et j’avoue que j’allais voir celui-ci, un peu pour faire comme tout le monde, et pouvoir en parler. L’histoire ne me motivait pas plus que ça. Et le fait que tout le monde encense un film  a tendance à aiguiser mon œil critique dans le mauvais sens …

Les premières dizaines de minutes du film sont soutenables et fonctionnent pour capter l’attention du spectateur, malgré quelques scènes de violences physiques (dans la cellule notamment) et morales (entre autres, lorsque le marchand d’esclaves sépare une mère et ses enfants). On se dit même qu’il va s’en sortir plus rapidement que prévu car maître Ford est quand même assez gentil … Mais on regarde sa montre, il reste 1h30, ça sent le rebondissement …

La suite est moins digeste … Il change de maître, on comprend vite la violence et la folie du caractère de son nouveau propriétaire, quelques exemples à l’appui…

Mais franchement, la suite est un enchainement de violences sur Patsey et Platt notamment, hyper pesantes et presque insoutenables pour le coup, qui ont fait qu’à un moment précis, j’en ai eu marre et n’ai eu qu’une envie : quitter la salle.

Ajoutons à cela le fait qu’on sait forcément grosso-modo comment ça se finit puisque c’est une histoire vraie racontée par celui qui l’a vécue … Donc niveau suspens, on repassera, on n’a forcément pas ce petit quelque chose qui nous fait nous attacher à un personnage et craindre pour sa vie.

Ajoutons également un rythme lent qui nous fait bien nous rendre compte que son calvaire a duré 12 ans ! On se demande même si le film n’est pas fait pour durer 12 ans lui aussi (j’ai quand même vérifié sa durée pour me rassurer !) !!!

Et un enchaînement de clichés esclavagistes qui, si ponctuellement étaient utiles pour donner le ton et l’ambiance, se sont vite trouvés trop nombreux et injustifiés à mon goût : traitre négrière = soute d’un bateau, logique ! ; il coupe du bois avec Ford ? bon, on va lui faire faire autre chose avec Epps, du coton tiens ! hum, et le temps de quelques semaines, il va aller chez le propriétaire d’à côté pour cultiver de la canne à sucre histoire que tout soit là ! ; retenez : il y a des maîtres gentils, mais ouh, il y a aussi des maîtres méchants !!! … Sans parler du « Heureu-sement il y a Brad Pitt, Braaaad Pitt » (sur l’air d’une pub surgelée connue !) !!!

Pour résumer (parce que là, il y a besoin !) :

  • Un film sur l’esclavage illégal (si tenté que l’on puisse faire de nos jours ce genre de pléonasme !) de la 1ère moitié du XIXème siècle aux États-Unis.
  • Les acteurs sont époustouflants, leur interprétation magistrale indéniablement (même s’il est vrai que le dialogue des blacks se résume un peu trop à « AAAAAAAie, Ouuuuuuuuch, OOOOuille » !).
  • Quelques bémols pour moi : accumulation de scènes violentes qui ne servent plus le scénario à mon sens (on a compris le principe avec quelques exemples, 30 minutes auraient pu être enlevées, c’est plus pénible à voir en film qu’à lire), des clichés trop nombreux.
  • N’emmenez pas les enfants/ado sans explication préalables, certaines scènes sont très marquantes.
  • Un film tiré d’un livre (et apparemment assez fidèle) écrit par le personnage principal Salomon Northrup : pour les plus passionnés, vous pouvez vous le procurer facilement (ici, entre autres !). L’histoire est donc indiscutable (cqfd).
  • Pour vous donner une idée, voici la bande-annonce en V.O. :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s