Quai d’Orsay

21040497_20130917180148438

D’un commun accord, nous étions tous pressés, alléchés par la bande-annonce et un Thierry Lhermitte qui semblait irrésistible ! Je vous allèche d’entrée de jeu (soyons fous !) !

Petit plantage de décor ? Ce film est une adaptation de la BD du même nom :

quai-d-orsay-affiche-515ae31a35ccc

Preuve :

21045357_20130930181847399.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Si si : regardez ce qu’il tient dans la main le monsieur de droite ? Eh bien il ressemble beaucoup à Abel Lanzac un des auteurs de la BD…

Et le quai d’Orsay, c’est quoi ? hum ? c’est ça :

quai-d-Orsay-affaires-etrangeres-cout

Je sais je sais, ça en jette ! (c’est chez moi !!! pardon, je m’égare !). Bon en gros, c’est le siège du ministère des Affaires Etrangères. On va donc, par ce film, suivre un peu ce qu’il s’y passe (c’est assez d’actualité, avec tous ces otages capturés ou libérés, on parle beaucoup de ce ministère !).

Pour l’espace temps, dans le film, tout est filtré : le ministre n’a pas le bon nom : Alexandre Taillard de Worms (Thierry donc !) alias Dominique de Villepin, le président a la bonne photo mais pas le bon visage (il a une moustache tombante façon biker !) on devine donc Chirac, tous les pays ont un nom bizarre mais eux aussi, on les devine, l’année, quant à elle, est facile à trouver : il suffit de situer l’histoire de l’ours Cannelle de son vivant (sachant qu’elle est morte en 2004) !! Et pour situer un peu mieux, le fameux discours final anti-guerre en Irak (j’ai bon ?) fut prononcé le 14 février 2003.

L’histoire : Le film commence très banalement par un entretien d’embauche : un jeune homme : Arthur Vlaminck (Raphaël Personnaz … que l’on a vu dans La princesse de Montpensier (aussi de Tavernier, tiens tiens !), et dans La théorie de la poussette, entre autres !) choisit sa tenue avec sa copine, Marina (Anaïs de Moustier, qu’on n’a pas encore beaucoup vu, peut-être dans Les neiges du Kilimandjaro), hésite, se change, se rechange (c’est bien le jeune homme qui se prépare, vous lisez bien !). Il se pointe au Quai d’Orsay, le ministre le reçoit.

21045365_20130930181908197.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Dès l’entretien, le rythme infernal est donné ! Au-delà d’hyperactif ça existe ? eh bien, c’est le ministre qui l’incarne ! Cela participe à la bonne humeur du film et des choses assez drôles ressortent comme dans la BD, notamment, le coup des portes qui s’ouvrent et se ferment violemment :

Quai-dOrsay

Bref, Arthur semble savoir écrire, il s’occupera donc des langages… Vaste programme surtout lorsque l’on sert un ministre-écrivain au melon démesuré ! Heureusement, celui qui bosse vraiment dans l’affaire, est le calme, placide, rassurant directeur de cabinet : Claude Maupas (le géniaaaaaal Niels Arestrup). Dès qu’il y a un problème, il gère tout et tout le monde, pense à tout. Le ministre finit toujours par se ranger à son avis et le féliciter.

21045363_20130930181848774.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Donc d’un côté on a Maupas qui bosse, le ministre qui brasse du vent et des stabilos, tous les conseillers qui bossent sur la partie du monde dont ils sont spécialistes, et Arthur qui rédige les discours. Il les teste sur Marina,

photo-Quai-d-Orsay-2013-5

sur les conseillers qui lui disent tout et son contraire, puis les présente à Maupas, puis au ministre :

21045362_2013093018184854.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

puis les refait !

21040498_20130916105937966.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Bref, le job à faire tomber fou le plus sain des hommes. Le tout sans cesse dans l’urgence bien entendu. Et le but ultime est de frapper un grand coup au conseil de sécurité de l’ONU avec un discours qui doit marquer les mémoires (pour les plus courageux, vous pouvez le trouver, le vrai, et le même que dans le film, ici).

Mon avis ? mitigé. Je n’ai malheureusement pas encore lu la BD, donc je ne pourrai juger de la qualité de l’adaptation. MAIS, ce qui m’interpelle forcément est cette question lancinante : quelle est la part de vérité dans ce film ???? Parce que si l’ambiance est réelle, c’est assez flippant de penser que les mecs qui nous gouvernent sont aussi équilibrés que lui !!!!! Moi qui ai toujours pensé que le plus nerveux des 2 entre Villepin et Sarko était Sarko, ça fait réfléchir !!!!! Sachant que le film est quand même sorti de la tête du génialissime et si fiable en matière d’Histoire, Bertrand Tavernier (La passion Béatrice, la fille de d’Artagnan, Capitaine Conan, La princesse de Montpensier, La guerre sans nom) …

21045354_20130930181846618.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

On serait tenté de croire que ça se passe un peu comme ça quand même ! D’autant qu’Abel Lanzac est un pseudonyme pour Antonin Baudry qui était conseiller de Dominique de Villepin, 1er ministre…

J’ajouterai que le film est un poil (20 minutes au moins) trop long : on comprend bien et vite le principe : un ministre marionnette, se rangeant derrière le dernier qui a parlé, un directeur de cabinet et des assistants qui gèrent tout, un ministre hyper actif, impulsif, pédant mais qui peut avoir des côtés sympas, un petit qui fabrique des discours comme il peut, des petits coups de pute juste quand il faut. Ils auraient pu passer quelques épisodes tout de même, car du coup, en sortant, on a un peu l’impression d’avoir couru un marathon tant le rythme et la rapidité du débit sont effrénés.

L’autre question à laquelle le film ne répond pas est : pourquoi Ze ministre veut Arthur et rien qu’Arthur ??? Il a 30 ans à tout casser, et aucun passé d’écrivain n’est mentionné, ni de journaliste, donc pourquoi lui ??? Mystère ! Mais bon, il est bien mignon donc on pardonne !!! Et son couple nous permet d’avoir des instants de répit, qui au fond, sont les siens aussi !

Pour résumer : 

  • On passe, en visionnant ce film, un bon moment, ponctué de pas mal d’éclats de rire, mais aussi d’yeux écarquillés devant tant d’esbroufe !!!
  • Le film illustre les coulisses d’un ministère, sans doute avec une grande part de délire basée sur un fond de vérité. Pour un film plus sérieux sur le même sujet, vous pouvez visionner l’excellent Exercice de l’Etat où c’est le ministre des transports qui est concerné.
  • Des acteurs excellents chacun dans leur rôle. Thierry Lhermitte semble si naturel !!!!
  • Petite note négative : la durée. On finit par être saoulé par le rythme et les redondances sont présentes !
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s