En solitaire (ou presque !) !!!!!!! ENFIN !!!!!!!

20282436.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx 20282444.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Depuis plus d’un an on attendait la sortie de ce film !!!!!!! Il y a presque un an, on attendait les vrais sur le ponton des sables, et là, on avait hâte de voir comment un réalisateur de film pouvait aborder le truc … Du coup, pas d’hésitation, direction Cherbourg pour l’avant-première en présence de l’équipe du film ! Non mais !!!!!

Vous l’avez compris, le film parle de :

21017068_20130702152534098.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

L’histoire est simple : Yann Kermadec (avec un nom pareil, je vous laisse deviner d’où il vient) (François Cluzet) remplace au pied lever (c’est le cas de le dire puisque l’autre à la jambe dans le plâtre) Franck Drevil (Guillaume Canet, toujours aussi beau, mais non présent à Cherbourg snif !) dans le Vendée Globe (tour du monde en solitaire, à la voile, sans escale, sans assistance – oui, oui, ça fait beaucoup de conditions !!!).

20513691.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Mais, et pour ne pas vous faire mourir d’ennui, un événement vient le perturber : un clandestin : Mano Ixa (Samy Seghir que l’on a vu entre autres, dans Neuilly sa mère) monte à bord alors qu’il répare son safran aux Canaries et ne se dévoile qu’en pleine mer. (Sa découverte permet d’ailleurs à François Cluzet de rentrer dans son registre habituel désormais cher aux Guignols et à Nicolas Canteloup : « ‘taaaaain mais qu’est-c’tu fous la putaaaaaain » avec les yeux noirs et tutti quanti !)

en-solitaire (1)

Commence alors un choix difficile pour Yann : faire un tour du monde en solitaire, avoir une chance de le gagner, et ne pas être vraiment en solitaire … Choisir la course ou une vie humaine ?

Alors attention, un avis qui risque d’être long et pour cause : on suit la voile en général de très près ! Déjà, le début nous a paru assez brusque : on s’attendait à un ancrage avec la terre, genre le voir rapidement préparer sa course, dire au revoir à ses proches, histoire de présenter les personnages. On s’attendait aussi à (re)vivre ce moment exceptionnellement riche en émotions qu’est le départ … Mais d’entrée de jeu, les premières images sont celles de la course : le départ est donné depuis quelques jours déjà. Même s’il est évident qu’inclure un bateau non concurrent parmi les vrais est impossible, inclure de vraies images et faire un petit montage aurait pu être le bienvenu. Afin de réparer ce manque cruel, voici quelques images du vrai départ de 2012 :

Ensuite, on a eu beaucoup de mal, ayant suivi les vrais, à croire en ces émotions artificielles. Quand il heurte un Objet Flottant Non Identifié, il a autant de panique que quand on a un caillou dans notre sandalette. Idem, quand il dit à sa femme (Virginie Efira) qu’elle lui manque comme il n’aurait pu l’imaginer, on a du mal à y croire. Même chose, sa femme garde sa fille (qui n’est pas la sienne à elle) : la gamine semble la haïr au début, une petite crise, et hop 10 minutes plus tard ce sont les meilleures amies du monde … Difficile à croire un tel revirement de situation !

en-solitaire (2)

Et enfin, quand elle reprend contact avec Yann au téléphone après que, pendant une heure, tout le monde l’ait cru tombé à l’eau, c’est limite si on ressent l’inquiétude : « tu me refais plus ça hein » … youpi ….

en-solitaire

Bref, du mal pour les acteurs à faire ressortir les incroyables émotions décuplées que procure l’histoire d’amour entre la mer et les marins. Idem pour la solitude : mais ça parait normal parce qu’ils ne la vivaient pas et ne l’ont jamais vécue.

Pour vous aider à faire la différence entre l’ambiance du film et celle de la réalité, vous qui n’avez peut-être pas suivi cette incroyable aventure, un petit film de 18 minutes qui passent comme 2 : plein écran, son à fond … On y suit le skipper d’Initiative Coeur : Tanguy de Lamotte, dans ses joies, ses peines …

D’autres petites choses paraissent bizarres : il allume son moteur pour sauver une navigatrice et j’étais persuadée que c’était interdit (ok ok je peux aussi me tromper … si, si, c’est possible !) … il remplace Franck au pied levé alors que normalement il faut de longs mois de préparation (et s’en tire plutôt bien …). Et apparemment les bouées de la ligne d’arrivée n’existent pas… Bref, tout cela pour nous rappeler que ce n’est pas un documentaire mais un film !

Il faut tout de même féliciter cette équipe pour ce tour de force : faire un film sur un marin en solitaire, alias ça :

en-solitaire (5)

alors qu’en vrai, le tournage ressemblait à :

en-solitaire (3)

Ils ont également bien fait ressortir le fait qu’un marin = un tour du monde différent. Certains le font pour la gagne et leur aventure sera de se tirer la bourre, d’autres après un gros problème le font pour le finir (Bernard Stamm cette année par exemple), d’autres encore pour une cause particulière (Tanguy avec Initiative Coeur, qui au passage est le seul vrai sponsor présent sur un bateau du film !), d’autres l’abandonnent pour sauver leur ami (Vincent Riou sauvant Jean Le Cam), et pour Yann ce sera ce tour du monde avec un embarqué imprévu ! Ca, ça ressort parfaitement.

Et puis, de réussi, il y aura aussi l’arrivée

en-solitaire (4)

Ils ont réussi à faire déplacer pas mal de monde pour une arrivée fictive ce qui redonne un peu des frissons de ce moment magique qu’est la remontée du chenal !

Pour résumer : 

  • Le milieu de la voile n’est pas forcément facile à aborder, entre la différence sociale que bon nombre aime y mettre, le vocabulaire difficile à comprendre,  etc. Et ce film a le mérite de le faire sur la course la plus populaire de ce sport : le Vendée Globe.
  • Un film un peu juste au niveau des émotions qu’il fait passer, que l’on peut trouver mal joué. Il manque à mon sens une introduction et une petite conclusion permettant de le voir revenir à la réalité. Le spectateur ne voit jamais François Cluzet à terre, ça manque un peu.
  • Une petite histoire bien amenée pour aider à planter le grand décor : cette histoire de passager clandestin permet de faire évoluer le personnage de Yann, de donner progressivement un sens à son challenge et à tous ses sacrifices.
  • Tous les mots ne serviront à rien : allez-le voir ! …. et en attendant (sortie le 6 novembre), regardez la bande-annonce !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s