Trance…formation !

TRANCE-POSTER

Aller, on continue dans le changement de style ! Un thriller !!!! youpiiiiii ! Le thème me botte bien et c’est une avant-première UGC donc … on ne va pas dire non ! Par contre, c’est du Danny Boyle, donc soit calme (Slumdog millionnaire), soit un peu gore-trash (127 heures)…

L’histoire ? alors là où d’habitude je dis que c’est très simple, là, c’est déjà beaucoup plus complexe à expliquer … Le début se passe dans une salle de ventes aux enchères, genre très haut de gamme qui ne vend pas la dernière croûte de la maison de la grand-mère mais en l’occurrence un Goya :, vol de sorcières. En voix off, le héros, Simon (James Mc Avoy), nous explique la procédure à suivre en cas de vol … et comme de par hasaaaaard, on tente de voler ce tableau après une adjudication à 27 millions d’euros … glups ! Simon fait tout pour le sauver, mais il est tout de même dérobé par Frank (Vincent Cassel), qui, au passage, envoie Simon au tapis. Le hic, sera qu’à l’ouverture de la pochette protectrice de la toile, ça donne ça :

03

Du coup, Frank et ses gars, alias eux :

vincent-cassel-habitue-a-jouer-des-roles (Moui, pas des marrants… j’vous l’accorde !)

Frank et ses gars donc, entreprennent de faire parler Simon : Où est la toile ? Petite scène bien gore au passage, qui rappellera des souvenirs aux fans d’Hypnose (d’ailleurs, c’est maintenant que je me pose la question : il y a peut être un lien tiens … ou un clin d’œil …). Malheureusement, Simon a perdu la mémoire suite au coup donné par Frank … Du coup, Frank lui suggère… ok ok il lui suggère intimement, de se rendre chez une thérapeute qui pratique l’hypnose et qu’il lui laisse choisir. On se demande un peu pourquoi Simon la choisit elle (Rosario Dawson, que l’on voit nue pour motiver les hommes qui hésitent encore un tout petit peu à aller le voir …), mais … comme Simon est un homme, on peut comprendre …

130329TranceCutdown_7422158

La thérapie commence, nous naviguons avec eux (car Frank et sa bande sont vite impliqués) entre réel/présent et souvenirs/imaginaire, en s’y perdant parfois/souvent … Même si, de temps en temps, c’est simple de savoir s’il est dans son imaginaire ou non, souvent c’est plus difficile … Aller, petit test : quand Frank reçoit une balle dans la poitrine, se relève, puis une balle dans la tête et se relève comme ça :

Trance-Red-Band-Trailer en continuant à parler, on est dans quoi ?

Pour vous faire une idée avant d’aller (ou non) le voir :

Dans notre débriefing post-film, on tombait d’accord sur des réminiscences de Existenz et Inception … Dans le côté paumé-à-la-fin aussi … On peut même se poser la question : le film a-t-il vraiment existé …?

Petite parenthèse culturelle dans ce monde de brute, puisque, étrangement, ce film est d’actualité : du 5 mars au 9 juin 2013, se déroule au musée d’Orsay une exposition : l’Ange du bizarre où est exposé ce fameux Goya ! (http://www.musee-orsay.fr/index.php?id=649&L=0&tx_ttnews%5Btt_news%5D=35087&no_cache=1). On est donc ravi de découvrir ce timbre poste et de l’étudier (si si, vous êtes ravis !) :

3699goya_vuelo

2 niveaux : au niveau inférieur, un homme masqué qui avance. Cet homme, c’est l’homme du peuple aveuglé par l’obscurantisme dans lequel le laissent ses croyances. Il est d’ailleurs accompagné par un âne, qui renforce le côté bêtise ! Derrière lui, un homme à terre semble souffrir. Au niveau supérieur, une roue faite de corps suspendus : 3 sorcières torse-nu, vêtues d’une jupe culotte de couleur et d’un chapeau. Elles tournent autour d’un homme qui se contorsionne : en fait, elles absorbent ses forces, les sorcières ont souvent été amalgamées aux vampires. L’uniforme dont elles sont vêtues rappelle celui avec lequel l’Inquisition représentait les hérétiques. L’homme du peuple est donc ici confronté aux sorcières qu’il pourrait croiser dans les convois de condamnés à mort. La lumière est égale sur ces 2 niveaux, ce qui fait que, comme dans le film, réalité et imaginaire se mélangent et ne se distinguent plus. Est-ce pour cette raison que Doyle a choisi ce tableau ?

Pour résumer : 

  • Un film où, malgré la complexité, on ne s’ennuie pas une seconde : on est directement dans le vif du sujet, et chaque mini-intrigue nous envoie à une révélation. Le rythme est parfait.
  • Scénario un chouia compliqué mais qui se dénoue au fur et à mesure … progressivement.
  • Un peu de déception de ne pas avoir plus de repères spatio-temporels qui fait qu’il nous manque des clés de lecture pour situer la fin du film (entre autres !).
  • Jeu d’acteurs assez juste. (Même si, personnellement, quand Vincent Cassel se double lui-même (l’original est anglophone), j’ai toujours un peu l’impression d’entendre Diego de l’Age de glace !!! ce qui est assez décalé avec le style du film !)
  • Quelques moments drôles pour détendre les nerfs …
Publicités

Une réflexion au sujet de « Trance…formation ! »

  1. Ca a l’air pas mal en fin de compte ! On a beau dire, avec Danny Boyle, il se passe toujours quelque chose…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s